Η Keny Arkana στο B-fest


Η ιστορία είναι από το B-fest (από το σάιτ του και η φωτό), το εξαιρετικά ενδιαφέρον αντιεξουσιαστικό φεστιβάλ που είχα την τύχη να παρακολουθήσω πριν καμμια δεκαριά μέρες. Ήταν Παρασκευή, η τρίτη μέρα του φεστιβάλ. Δεν είχα  ξαναδεί τόσο κόσμο σε εκδήλωση του αντιεξουσιαστικού χώρου. Και με τόσο κέφι. Έφτασα στο B-fest, στη σχολή καλών τεχνών στην Πειραιώς, κατά τις 10.30 και περίμενα στην ουρά για να μπω. Ουρά σε φεστιβάλ που δε χρώνει είσοδο σημαίνει κόσμος πολύς. Και θα ερχόταν κι άλλος.

Η μουσική που έπαιζαν κάτι βλοσυροί τύποι στη σκηνή Β δε δικαιολογούσε το πλήθος. Ο θόρυβος, πάλι θόρυβος είναι ακόμα και όταν έχει τις καλύτερες προθέσεις. Δύο μπυρίτσες και ένα σουβλάκι μετά (για τους Αθηναίους φίλους: μικρή ξύλινη σούβλα με περασμένα κομματάκια χοιρινού κρέατος που ψήνονται συνήθως στα κάρβουνα) έκανα ένα πέρασμα από τη σκηνή Α όπου έπαιζαν οι Lost Bodies (πάντα καλοί, φέτος πολύ καλοί) και είπα να περάσω λίγη ώρα στο βιβλιοπωλείο και τους πάγκους διαφόρων ομάδων. Η πιο καλή σκέψη της βραδιάς. Γιατί μπόρεσα λίγο αργότερα να δω τον κόσμο να συρρέει προς τη σκηνή Α και να γεμίζει τον τεράστιο χώρο μπροστά της. Βράδυ, ένα τεράστιο ολόγιομο φεγγάρι στον ουρανό, μαυροκόκκινες σημαίες να στολίζουν τη σκηνή, κόσμος πολύς με διάθεση.

Περίμεναν ένα γκρουπ από τη Γαλλία το οποίο δεν το είχα ξανακούσει. Μιάμιση ώρα αργότερα, όταν η Keny Arkana και η παρέα της άφησαν τη σκηνή τραγουδώντας μέχρι το τελευταίο δευτερόλεπτο, ήμουν σίγουρος ότι δεν θα ξεχνούσα εύκολα αυτή τη μικροκαμωμένη Αργεντινογαλλίδα και τη μπάντα της από τη Μασαλία. Ό,τι και να πω είναι λίγο. Οι άνθρωποι πάνω στη σκηνή και ο τρομερός συνδυασμός μουσικάρας, δυνατών στίχων και παθιασμένης ερμηνείας έδεσαν με το κοινό που ακολούθησε το ρυθμό χορεύοντας από το πρώτο μέχρι το τελευταίο κομμάτι και φωνάζοντας συνθήματα είτε στα ελληνικά είτε στα ισπανικά μαζί με την Κένυ Αρκανά. Πάρτε μια γεύση από τα βιντεάκια που ανέβασαν κάποιοι φίλοι στο youtube. Κάντε μια προσπάθεια και με τους στίχους – λέει. Μετά βρείτε που αλλού παίζει το καλοκαίρι η Keny Arkana και πηγαίνετε να τη δείτε.

La rage du peuple (X4)
Ok, on a la rage mais c’est pas celle qui fait baver,
Demande à Fabe, la vie claque comme une semelle sur les pavés
La rage de voir nos buts entravés, de vivre en travers,
la rage gravée depuis bien loin en arrière
La rage d’avoir grandi trop vite quand des adultes volent ton enfance.
PARS !! Imagine un mur et abolis la rage !
Car impossible est cette paix tant voulue,
La rage de voir autant de CRS armés dans nos rues.
La rage de voir ce putain de monde s’autodétruire
Et que ce soit toujours des innocents au centre des tirs,
La rage car c’est l’homme qui a créé chaque mur,
Se barricader de béton, aurait-il peur de la nature ?
La rage car il a oublié qu’il en faisait parti,
désharmonie profonde, mais dans quel monde la Colombe est partie ?
La rage d’être autant balafré par les putains de normes,
Et puis la rage, ouais la rage d’avoir la rage depuis qu’on est môme.
(Refrain )
Parce qu’on a la rage, on restera debout quoi qu’il arrive,
La rage d’aller jusqu’au bout et là où veut bien nous mener la vie,
Parce qu’on a la rage, on pourra plus s’taire ni s’asseoir dorénavant on s’tiendra prêt parce qu’on a la rage, le coeur et la foi !
Parce qu’on a la rage, on restera debout quoi qu’il arrive,
La rage d’aller jusqu’au bout au delà où veut bien nous mener la vie,
Parce qu’on a la rage, rien ne pourra plus nous arrêter, insoumis, sage, marginal, humaniste ou révolté !
La rage parce qu’on choisit rien et qu’on subit tout le temps
Et vu que leurs chances sont bancales et bien tout équilibre fout le camp
La rage car l’irréparable s’entasse depuis un bout de temps
La rage car qu’est ce qu’on attend pour s’mettre debout et foutre le boucan La rage c’est tout ce qu’ils nous laissent, t’façon tout ce qui nous reste,
La rage, combien des notres finiront par retourner leur veste !
La rage de vivre et de vivre l’instant présent, De choisir son futur libre et sans leurs grilles d’oppressants !
La rage, car c’est la merde et que ce monde y adhère, Et parce que tout leurs champs OGM stérilisent la Terre !
La rage pour qu’un jour l’engrenage soit brisé
Et la rage car trop lisent « Vérité » sur leur écran télévisé.
La rage car ce monde ne nous correspond pas, Nous nourrissent de faux rêves pour placer leur rempart La rage car ce monde ne nous correspond pas, Où Babylone s’engraisse pendant qu’on crève en bas !!
(Refrain)
La rage d’y croire et de faire en sorte que ça bouge, La rage d’un Chirac, d’un Sharon, d’un Tony Blair ou d’un Bush !
La rage car ce monde voit rouge mais de grisaille entouré Parce qu’ils n’entendent jamais les cris lorsque le sang coule
La rage car c’est le pire que nous frôlons,
La rage car l’Occident n’a toujours pas hôté sa tenue de colons !
La rage car le mal tape sans cesse trop
Et que ne sont plus mis au goût du jour tant de grands savoirs ancestraux
La rage, trop de mensonges et de secrets gardés les luttes de nos Etats, riche de vérité, pouvoir changer l’humanité La rage car ils ne veulent pas que ça change,hein Préférant garder leur pouvoir et nous manipuler comme leurs engins.
La rage car on croit aux anges et qu’on a choisit de marcher avec eux
La rage parce que mes propos dérangent
Vois aux quatre coins du globe, la rage du peuple en ébullition
La rage, ouais la rage ou l’essence de la révolution !
(Refrain x2)
Anticapitalistes, alter-mondialistes, ou toi qui cherche la vérité sur ce monde, la résistance de demain
(…in cha allah…) à la veille d’une révolution. Mondiale et spirituelle, la rage du peuple, la rabbia del pueblo, parce qu’on a la rage, celle qui fera trembler tes normes. (…Parce qu’on a la rage…)
La rage a pris la populasse et la rage est énorme

Le temps c’est pas de l’argent, cette connerie nous affaiblie
Ton temps c’est ta durée de vie et Dieu nous a fait libre
Tout va trop vite là où la mort se profile
Où Babylone prend la tête avec ses histoires de profits
Où les coeurs sont trop vides, il y pousse des crocs, frère
La haine est trop vive et les médias considérés comme prophètes
À vouloir trop faire, on a zappé l’essentiel
Des mensonges on nous a offert et devine qui s’en sert
Là où ça prie la conjoncture où ça vénère l’économie
Où il y a peu d’êtres humains parmi les êtres économiques
Où ça construit sa propre prison par sécurité
Camarade, ils ont peur de la liberté

Refrain x8 :
Ils ont peur de la liberté

Ils voudraient nous éduquer, eux qui manquent de sagesse
Eux qui, sans intérêt, ne savent pas faire un geste
Ils nous parlent de respect mais ils flinguent notre terre
Disent se battre pour la paix et pour ça font la guerre
Camarade, combats le doute car ils aimeraient te corrompre
Te barrer la route ou te convaincre qu’elle est trop longue
N’écoute que ton intuition suis la par tous les temps
Marche avec la foi c’est la chance que tu fréquentes
Ils nous enseignent la peur pour que l’on reste entre leurs clôtures
Faisons briller nos différences car leur ciel est obscur
Suis ta route, chacun à la sienne
Méfie toi des temps modernes qui fabriquent les êtres humains à la chaîne
Aimeraient nous foutre des puces dans la chair
Frotter la marque au Kärcher
Créatures d’argile corrompus pour pas cher
Dites aux enfants du système qu’ils sont enfants de la terre
Et que les enfants de la rage ne sont pas enfants de la guerre

Mc Ray
Camarade, ils ont peur de rêver
Ils ont peur de penser
Ils ont peur du changement
Ils ont peur de la liberté
Ils ont peur de la différence
Ils ont peur de leurs prochains
Ils ont peur de la chance, du bonheur et du lendemain
Ils sont effrayés
Ils aimeraient t’effrayer avec leurs craintes et leurs phobies
Reste maître de tes pensées
Ils sont sclérosés et ils ont baissés les bras
Faisons sauter les murs de ces prisons cérébrales
Camarade…
(Refrain x8)
Camarade, fils du vent, fils de l’horizon
Va où ton coeur te portes et la vie te donnera raison
Le chemin est long et d’embûches sera plein
Ouvre toi au monde et le monde sera tien
La connaissance c’est la force, c’est la vie
Il faut connaître le passé pour comprendre le présent et deviner l’avenir
Savoir lire entre les lignes
Librement, t’emmène à être maître de ta vie si tu sais penser par toi-même
N’oublie pas
En ton âme cette flamme allumée
N’oublie pas
L’enfant en toi et les rêves qui l’animaient
N’oublie pas
En ton âme cette flamme allumée
N’oublie pas
L’enfant en toi et les rêves qui l’animaient
La beauté de la vie dépend de ton regard
Même si pour la paix
Ce monde est en retard
On nous nourri de cette envie de tirer dans le tas
Pour que nos rêves finissent mutilés dans les draps
La beauté de la vie dépend de ton regard
Même si pour la paix
Ce monde est en retard
On nous nourri de cette envie de tirer dans le tas
Mais la beauté de la vie dépend de ton regard
Camarade, méfie toi
Le temps voudrait te corrompre
Car c’est dur d’être incompris parmi les prétentieux
Parmi ceux qui ont oublié qu’on était rien d’autre
Que de simples terriens tous égaux devant Dieu
Camarade, va où ton coeur te porte
Camarade, la vérité que tu portes en toi vaut bien plus que toutes celles établies
Alors va où ton coeur te porte, camarade…

Advertisements

2 thoughts on “Η Keny Arkana στο B-fest

Τα σχόλια είναι απενεργοποιημένα.